Le surbooking, c'est quoi au juste ?

Le surbooking, c'est quoi au juste ?Le surbooking ou autrement dit, la surréservation, consiste à vendre plus de billets d'avion qu'il n'y a de places sur un vol donné...

En se fondant sur le nombre de défections généralement observé, ce procédé permet aux compagnies d'optimiser le remplissage de leurs appareils tout en laissant au consommateur la possibilité d'annuler son voyage.
Il s'agit donc d'une pratique admise.
Il convient toutefois que les passagers refusés à l'embarquement pour ce motif soient dûment indemnisés.
Ainsi, le règlement communautaire n° 261/2004 du 11 février 2004, entré en vigueur le 17 février 2005, prévoit un mécanisme d'indemnisation et d'assistance pour les personnes victimes d'un refus d'embarquement ou de retard important d'un vol.
Ce règlement communautaire s'applique aux passagers au départ d'un aéroport situé dans un Etat membre de l'Union européenne, et ce quel que soit l'aéroport de destination ; aux passagers au départ d'un aéroport situé dans un pays tiers et à destination d'un aéroport situé dans un Etat membre de l'Union européenne.
A contrario, ce texte ne s'applique donc pas aux passagers au départ d'un aéroport situé dans un pays tiers et à destination d'un aéroport également situé dans un pays tiers.
À noter que, pour son application, le règlement se réfère à la notion de « passagers » et non de « vols ».
Ainsi, lorsque les passagers au départ ou à destination d'un aéroport de l'Union européenne doivent prendre deux ou plusieurs avions successifs pour se rendre à leur point de destination, tous les vols concernés entrent dans le champ d'application de ce texte (pour autant bien entendu qu'ils soient inclus dans le même billet).
Pour un vol n'entrant pas dans le champ d'application dudit règlement, la compagnie n'en est pas moins tenue d'exécuter la prestation correspondant au contrat de transport, ce qui lui impose d'embarquer les passagers concernés sur le prochain vol et de leur fournir l'assistance nécessaire.
En revanche, il peut s'avérer plus difficile d'obtenir des indemnités car, en cas de refus opposé par la compagnie, le seul recours est d'ordre contentieux (avec les difficultés tenant à la législation applicable s'agissant de contrats conclus dans un pays tiers).

Source : Minefe-Dgccrf Réalisé en collaboration avec des professionnels du droit et de la finance, sous la direction d'Eric Roig, diplômé d'HEC

  • Auteur : Laurent Martin
  • Publiée le : 28/05/2011, 15h11

Autres dossiers

Lire Le transport aérien, le mode de transport le plus sûrLe transport arien, le mode de transport le plus sr
Posté le 05/09/2011, 13h08

En dépit de la croissance constante de l’aviation civile au cours des dernières décennies, le transport aérien demeure le mode de transport de masse le plus sûr – le taux mondial d’accidents, d’environ quatre accidents par million de départs, est en effet remarquablement faible.
Lire Voler enceinte, bien sûr que c’est possible !Voler enceinte, bien sr que cest possible !
Posté le 28/06/2011, 12h29

Les naissances en vol, c’est très rare (Air France constate 1 accouchement tous les 15 ans par exemple ! on en enregistre 5 dans l’histoire d’Iberia !).
Lire Mais IATA c'est quoi ?Mais IATA c'est quoi ?
Posté le 26/03/2009, 16h27

On voit souvent des compagnies ou des voyagistes agréés IATA, mais qu'est ce qui se cache derrière cet acronyme ?

Dossiers du voyageur

Rejoignez nos 30714 abonnés & recevez chaque semaine nos promos & bons plans ...